La PROTECTION et les CLUBS

par René DRUAIS, (COM MORLAIX).
Beaucoup de clubs ornithologiques ont ce mot dans l'en-tête de leur papier à lettres; l'UOF à laquelle tous les clubs de la ROB sont affiliés , a pour appellation: Confédération d'éleveurs et d'amateurs d'oiseaux . Protection et défense de l'oiseau libre .
Mais de quelle protection parle-t-on ? et à quels oiseaux doit-elle bénéficier ?
Lorsque les naturalistes ramenaient de leurs expéditions lointaines les «oiseaux des îles» , c'était pour les acclimater c'est à dire les adapter à un nouveau milieu . L'acclimatation était ainsi la phase précédent la domestication , même si cette dernière se faisait à des fins scientifiques et non alimentaires .
La domestication de ces oiseaux peut être considérée comme établie quand l'homme choisit lui-même leur habitat , s'efforce de les mettre à l'abri des risques naturels , veille à la satisfaction de leurs besoins vitaux et contrôle leur reproduction . L'oiseau de cage ou de volière est ainsi devenu un sujet issu d'une lignée domestiquée d'une espèce sortie de son cadre naturel .
Mais après de longues années de prélèvements , parfois inconsidérés , on s'est rendu compte qu'il fallait protéger certaines espèces pour en empêcher l'extinction . Dès 1956 , l'UOF préconisait de limiter , voire de stopper , tout prélèvement d'oiseaux dans la nature et de favoriser l'autosuffisance , c'est à dire de promouvoir la création de souches domestiquées de diverses espèces d'oiseaux dans un but d'étude , de suivi et de multiplication de lignées autonomes sorties du cadre naturel afin d'éviter , à terme , de recourir au prélèvement dans le milieu naturel .
Les exemples (entr'autres) du pigeon rose (de l'île Maurice) ou de l'amazone de Porto Rico dont la bonne reproduction en captivité a donné une bonne chance de survie à leur population sauvage extrêmement menacée , ont amené certains scientifiques à parler de la protection par l'élevage: il fallait constituer , dans des conditions voulues de contrôle , un élevage de ces oiseaux en danger pour que , s'il se produisait le pire et que l'espèce s'éteignait à l'état sauvage , elle ne disparaisse pas définitivement .
Les éleveurs ont vu là une occasion de mettre en valeur leur savoir-faire , de remplacer l'image de «trafiquants» que leurs détracteurs essayaient de leur donner , en celle plus gratifiante de protecteurs d'espèces en voie d'extinction . Il faut élever pour ne plus prélever; il faut élever pour sauvegarder les espèces.

Pendant un certain nombre d'années , la Ligue pour la Protection des Oiseaux a compté dans ses rangs des éleveurs amateurs d'oiseaux et des scientifiques; les éleveurs ont été par la suite évincés . Il ne faudrait pas qu'ils fassent la même erreur en ne s'occupant que de leurs oiseaux sans jamais penser à la catégorie d'oiseaux à qui ils doivent tout: les indigènes car , rappelons-le , tout oiseau est un indigène dans son pays d'origine ( et seules les lois , différentes selon les pays , régissent son statut d'espèce protégée ou pas ) et c'est toujours à partir d'oiseaux indigènes que les éleveurs ont pu créer leurs différentes races ou leurs nouvelles mutations (y compris le canari , même si c'est à une époque très lointaine) .
Tous les éleveurs aiment les oiseaux , beaucoup ont un jardin et y posent parfois nichoirs et mangeoires: en ce sens ils font de la protection mais à titre individuel . Pour qu'ils acceptent de participer à une action plus collective , il faut qu'il y ait au sein de leur club un noyau de collègues intéressés et motivés et particulièrement persuasifs . Ces éleveurs-protecteurs montrent que protection et élevage ne sont pas incompatibles; ils agissent pour le bien de leurs protégés ailés en leur permettant , grâce aux nichoirs et aux mangeoires , de franchir le cap difficile de l'hiver et de trouver un logement adéquat pour élever leur progéniture .
Ils savent aussi tout ce que ces activités peuvent leur apporter: un entraînement supplémentaire à l'observation ( qualité indispensable à tout éleveur ) , un approfondissement des connaissances sur les habitudes des oiseaux ( tout éleveur d'indigènes mutés mais aussi d'exotiques sait le bénéfice qu'il tire à connaître comment les oiseaux sauvages dont il élève les semblables vivent et se reproduisent ) , le plaisir de transmettre son savoir au grand public (sur les stands protection) comme aux enfants dans les écoles mais aussile respect de la nature et du monde vivant , sans oublier l'aspect convivial de toutes ces activités au sein d'un club .
Lors de chaque championnat de Bretagne , un challenge - protection est attribué: il récompense le ou les clubs qui agissent en faveur de la protection des oiseaux de la nature .


ACTIVITÉS DE PROTECTION AU CLUB DE MORLAIX
Dès sa création en 1984 , le club de Morlaix s'est associé à l'«Association pour la Connaissance et la Protection des Oiseaux» de Landivisiau dont le président François Huet a longtemps été l'animateur de la protection à la Région Ornithologique Bretonne ( actuellement c'est René Druais , secrétaire du club qui en est le délégué-protection): c'est dire si la protection des oiseaux sauvages de nos régions est une constante au sein du club .
Depuis plusieurs années , c'est une équipe ( Ronan Donval , Pascal Kerguillec , Jean Pierre Pédel , Joël Rannou) qui a pris la relève: elle axe son travail sur la fabrication , la pose et le contrôle de nichoirs pour petits oiseaux cavernicoles ( mésanges et sittelles ) .
  Installés sur 3 sites: bois de Brézal à Pont-Christ , pourtour du plan d'eau de Plouvorn et bois près de La Martyre , ce sont plus de 120 nichoirs qui étaient installés en 2006.
Lors d'une première sortie en février , les nids sont nettoyés ou changés si nécessaire . Une deuxième sortie en mai permet de contrôler s'ils sont occupés et d'établir d'année en année des statistiques qui confirment leur utilité .
Chaque concours ou exposition est aussi l'occasion d'installer un stand ' protection avec vidéo pour l'information du public, montrant ainsi qu'il est possible de concilier protection et élevage .

Accédez ci-après à la page sur le CHALLENGE INTER-CLUBS.

Challenge inter-clubs
Chaque année lors de son assemblée générale , la Région Ornithologique de Bretagne attribue le "challenge de la Protection" ...